Phénix et Dragon

La dualité de l'équilibre

Notre harmonie personnelle commence par notre propre capacité à maintenir l'équilibre entre toutes les forces qui se rassemblent en nous.

Réfléchissons sur une approche plus Holistique de la définition de ce sentiment d'harmonie où le contraire est complété, comme le suggère la théorie du yin et du yang, le Phénix et le Dragon. 

Dimanche 09 Janvier 2022

de 9h30' à 11h30'

Participation : 2€ minimum, toute autre contribution sera reçue avec Gratitude !

Nous savons tous reconnaître le symbole classique du Yin et du Yang. Ainsi, bien que ce schéma a ses origines lointaines dans la philosophie chinoise, nous pouvons dire que cette idée, ce concept a son témoignage dans plusieurs cultures. la manifestation du double apparaît également dans la tradition hindoue, égyptienne ou hébreu, qui contraste jour et la nuit, masculin et féminin, la terre et le ciel. Définir ce sentiment d'harmonie où le contraire est complété. C'est un dynamisme et un flux qui donne un sens à la vie.

Notre harmonie personnelle commence par notre propre capacité à maintenir l'équilibre entre toutes les forces qui se rassemblent en nous. Pour être heureux, vous devez savoir comment gérer la tristesse. Pour aimer avec maturité, il faut aussi aimer le clair-obscur de l'autre. Pour contribuer à notre développement en tant qu'êtres humains, nous devons trouver ce point où l'air émotionnel et rationnel, un espace de connaissance de soi, d'acceptation et d'expansion.

Essayons de travailler sur les énergies opposées qui nous habitent encore pour créer un tout plus harmonieux, significatif et surtout satisfaisant.

Qu'en pensez-vous ?


Durant ce Cercle de Merlin qui initie cette nouvelle année, chacun de vous repartira avec une petite création que vous aurez pris soin de finaliser. 

Phénix ou Dragon ? A vous de voir...

Nous aurons aussi l'occasion d'utiliser les symboles Yin et Yang au travers un tirage du Yi King.


Nous aurons aussi l'occasion d'utiliser le Yi King

Fondement et héritage de la pensée chinoise du Yin-Yang, le Yi Jing  (ou Yi King selon l'ancienne transcription) fournit des descriptions du réel qui se révèlent toujours d'une étonnante pertinence. Le Livre des changements est un outil efficace pour comprendre les dispositifs du présent et discerner, dans chaque situation particulière, les germes du devenir.

Le Yi Jing est organisé en 64 figures constituées chacune de six traits continus ou discontinus : les traits continus représentent le Yang, les traits discontinus représentent le Yin. A ces figures appelées hexagrammes sont associés des textes où se mêlent anecdotes historiques, indications énergétiques et formules divinatoires.

Par le procédé du tirage, qui s'effectue au moyen de 3 pièces de monnaie, on peut mettre en rapport la situation du moment ou le problème qui préoccupe avec l'un des 64 hexagrammes, de manière à obtenir des indications sur la conduite à tenir. Selon les nombres obtenus lors du tirage, un ou plusieurs des six traits de l'hexagramme peut être en mutation : dans ce cas, outre le conseil global donné par le jugement de l'hexagramme, on ira lire le texte attaché à ce ou ces traits.

Soixante-quatre hexagrammes, 384 traits, 4096 mutations possibles : le Yi Jing rend compte de manière très subtile de la configuration énergétique du moment. Il peut devenir, pour peu que l'on sache adroitement mêler analyse et intuition, un outil précieux pour prendre des décisions ou se positionner dans toutes sortes de questions, qu'elles soient d'ordre ponctuel (profession, relations, voyages, etc.) ou du domaine plus vaste des choix de vie. Grâce à une description précise des processus dans lesquels nous sommes impliqués, il permet une mise en accord au quotidien avec le monde qui nous entoure, et se révèle au fil du temps comme un guide remarquable pour l'évolution personnelle.

On utilise trois pièces d'une monnaie , appelée sapèques. le Yin = 2, le Yang = 3

Il suffit dès lors de jeter ensemble les trois pièces comme on lance des dés, de transcrire les Yin et Yang obtenus dans leur valeur numérique et d'additionner. On note le résultat et on recommence l'opération six fois de suite, de façon à obtenir six traits. L'hexagramme s'écrit toujours de bas en haut : le nombre obtenu lors du premier jet permet d'écrire le premier trait, qui occupe la place inférieure, le deuxième jet correspond au second trait, que l'on trace au-dessus du premier, et ainsi de suite jusqu'au 6ème qui occupe donc la position supérieure. Les nombres obtenus lorsque l'on additionne les chiffres après chaque lancer de pièces peuvent être de quatre sortes : 6, 7, 8 ou 9, chacun de ces nombres correspondant à un type
de trait :

  • Les six jets successifs permettent ainsi d'écrire une superposition de six traits Yin ou Yang : que l'on appelle l'hexagramme  que l'on appelle l'hexagramme tiré
  • Au cas où le résultat du tirage comprenne des traits mutants, on écrit à côté de l'hexagramme tiré une seconde figure, appelée hexagramme de mutation ou de perspective

Notre questionnement : qu'est-ce que nous apporte le renouveau planétaire ?  09Janvier 2022

Réponse : Po, l'éclatement (la ruine)  Hexagramme 23

" L'homme vulgaire et obscur ne combat pas directement l'être noble, mais il le mine progressivement par une action imperceptible, si bien qu'à la fin, il s'écroule.

C'est une époque où les hommes vulgaires exercent une poussée en avant et se préparent à évincer le dernier être robuste et noble. Aussi, comme cette situation est causée par le cours du temps, l'homme noble n'a pas avantage à entreprendre quelque chose en de tels moments. La conduite à tenir en des circonstances si contraires doit être déduite de l'image et de ses propriétés. Le Trigramme inférieur K'ouen représente la terre dont les attributs sont la docilité et l'abandon ; le trigramme supérieur Ken signifie la montagne dont l'attribue est la tranquillité. Cela suggère le conseil de se conformer aux temps mauvais et de demeurer tranquille. Il ne s'agit pas ici d'une action des hommes, mais de conditions temporelles qui, suivent les lois du ciel, manifestent des alternatives de croissance et de déclin, de plein et de vide. Ces conditions temporelles ne permettent aucune réaction. C'est pourquoi ce n'est pas lâcheté mais sagesse que d'y s'adapter et d'éviter d'agir."

La montagne repose sur la terre :
"Ainsi les supérieurs ne peuvent assurer leur position que par de riches dons aux inférieurs." 
La montagne repose sur la terre. Si elle est étroite, escarpée et dépourvue de large base, elle doit s'écrouler. C'est seulement si elle s'élève de la terre, large et vaste, et non orgueilleuse et abrupte, que sa position est assurée. Ainsi les gouvernants reposent sur la large base du peuple. Ils doivent, eux aussi, témoigner de la générosité et de la grandeur d'âme, comme la terre qui porte tous les êtres. Alors ils rendront leur situation aussi sûre que la tranquillité d'une montagne.

 interprétation : il y a une notion de dépassement des limites, les choses vont trop loin, il y a un excès, un surplus, et cela peut devenir contre-productif.
La situation peut arriver à maturité, et comme un bourgeon, finir par devoir s'étaler au grand jour, la notion de "révélation" peut être aussi importante que soudaine et inattendue.
La générosité, la prodigalité, peuvent être importantes mais ne seront pas toujours favorables.
Il est bon de savoir écouter les parts que l'on veut développer et de bien s'assurer de leur assise pour négocier ce tournant.



Avec les traits mutants, on obtient : Kouan, la contemplation (la vue) Hexagramme 20

"Cet Hexagramme a un double sens, d'un côté il signifie la contemplation, de l'autre, le fait d'être regardé, d'être un modèle.  Il peut-être compris comme l'image d'une tour telle qu'il en existait en grand nombre dans l'ancienne Chine. Du haut de es tours on avait une vue étendue à la ronde, et une telle tour, située en haut d'une montagne, était visible de loin. Aussi, l'hexagramme montre un souverain qui contemple en haut la loi du ciel et en bas les coutumes et usages du peuple, qui constitue, grâce à son bon gouvernement, un exemple élevé pour les masses."

La contemplation : au-dessus est une grande vision. Abandonné et doux. Central et correct, il constitue une vision pour le monde. Les inférieurs regardent vers lui et sont transformés. Il leur fait voir la voie divine du ciel, alors que les quatre saisons ne dévient pas de leur règle. Ainsi l'homme saint utilise la voie divine pour répandre l'enseignement, et le monde entier se soumet à lui."


interprétation : la phase n'est pas active, au sens d'initier une action, il s'agit plus ici d'admirer ce qui a pu être initié par le passé -par soi ou par l'autre- et de s'en contenter, de l'apprécier, de savoir le savourer même, avec des parts de silence et de recueillement.
Les émotions s'allient à l'observation et poussent à s'émerveiller, à voir le beau et la qualité de la chose observée, de la situation, à lui reconnaître un respect, une utilité, un sens.
On reconnaît ici la valeur et la supériorité de ce qui nous dépasse, ce qui est plus grand que soi, et au dessus...



Création de marque-page, phénix ou dragon ?

Le Dragon et le Phénix sont des symboles spirituels et culturels de bon augure et d'harmonie. Le Dragon est considéré comme étant l'ancêtre des Chinois. Il représente la force et la passion. De son côté, le Phénix est le symbole de la bonté et la tendresse. Ensemble, ils assurent l'équilibre entre le Yin et le Yang, ces deux extrêmes qui s'opposent et se complètent. Depuis des siècles, cette symbolique a été largement utilisée dans l'architecture et durant les festivals culturels de la Chine ancienne. 

Le Dragon protège, guide et donne courage et force.
Le Phénix sert à surmonter les difficultés et aide à persévérer.


   Conte du Dragon de Jade de Terre et du Phénix d'Or

Il y a des siècles et des siècles, dans la grotte sur la rive est du Fleuve Céleste de la Voie Lactée habitait un Dragon de Jade de Terre ; et dans la forêt de la rive opposée habitait un Phénix d'Or. Dragon et Phénix étaient voisins. Le matin, l'un sortait de sa grotte et l'autre s'envolait de la forêt en se saluant, puis ils se séparaient pour aller à leurs occupations.

Un jour, ils s'amusèrent ensemble : l'un nageait dans le Fleuve Céleste, l'autre s'envolait dans le Ciel. Tout en nageant et volant, ils arrivèrent sans s'en apercevoir vers l'Île Féerique ; là, ils aperçurent une pierre étincelante. Phénix, très content, dit à Dragon :

- Dragon, Dragon, tu vois cette belle pierre !

Dragon, plein de joie lui aussi, dit à Phénix :

- Oui Phénix, nous allons la tailler et la polir en une magnifique perle, d'accord ?

Phénix fit un signe d'assentiment et ils se mirent immédiatement au travail. Dragon ameublissait la pierre avec ses pattes et Phénix la picotait avec son bec. Des jours s'écoulèrent..., des années passèrent... Finalement ils réussirent à façonner une perle toute ronde.

Phénix s'envolait dans l'Île Féerique, il recueillait dans son bec de la rosée pour la verser goutte à goutte sur la perle. Dragon nageait dans le Fleuve Céleste, il y aspirait de l'eau pure qu'il pulvérisait sur la perle. Sous les gouttes et la pulvérisation incessantes, la Perle petit à petit commença à émettre des rayons de toute beauté.

Dès lors, Dragon se prit d'affection pour Phénix et celui-ci adorait Dragon ; leur Perle faisait leur bonheur. Dragon ne voulait plus rentrer dans sa grotte, ni Phénix revenir dans sa forêt ; ils vivaient ensemble dans l'île Féerique située au milieu du Fleuve Céleste pour veiller jour et nuit sur la Perle.

C'était vraiment une Perle sans prix et de grande puissance. Là où parvenaient ses rayons, s'élevaient des bois verdoyants, s'épanouissaient des myriades de fleurs de toute beauté ; on voyait des pays aux montagnes ensoleillées et aux eaux limpides qui se couvraient de riches récoltes.

Un jour la Reine du Royaume Céleste sortit de son Palais impérial, et aperçut tout à coup la perle dardant ses rayons ; aussitôt son cœur avide brûla du désir de la posséder. À minuit, elle envoya un soldat céleste pour la voler alors que Dragon et Phénix s'étaient endormis. Elle était si contente de sa prise qu'elle ne voulut pas que d'autres puissent y jeter un coup d'œil. Elle se hâta de rentrer dans son Palais et fit verrouiller neuf portes derrière elle.

Dès qu'ils se réveillèrent, Dragon et Phénix s'aperçurent que leur Perle avait disparu. Fous d'inquiétude, ils la cherchaient partout. Dragon fouilla toutes les grottes du lit du Fleuve Céleste mais ne trouva rien. Phénix explora chaque coin de l'Île Féerique sans plus de résultat. Très tristes, ils continuèrent quand même leurs recherches jours et nuits. Ils n'avaient qu'un espoir ; retrouver cette Perle à laquelle ils s'étaient tant attachés.

À l'occasion de l'anniversaire de la Reine du Royaume Céleste , les Immortels s'empressèrent d'arriver de toutes parts au Palais impérial pour assister au Banquet de pêches qui avaient lieu en son honneur. Celle-ci avait fait apporter des pêches succulentes en abondance pour les Immortels qui buvaient du bon vin et prenaient les fruits tout en adressant leurs souhaits d'anniversaire : "Pour vous Reine nous vous souhaitons le bonheur de la Mer de l'Est et la longévité de la Montagne du Sud !" Très satisfaite de ces souhaits, la Reine se prit à dire :

- Mes Vénérables, je vais vous montrer une Perle sans prix comme on n'en trouve ni au Ciel, ni sur Terre !

À ces mots, elle détacha de sa ceinture neuf clés qui ouvrirent neuf verrous, passa neuf portes, puis sortit sa Perle qu'elle présenta dans une assiette d'or et plaça au milieu de la salle. Naturellement, les Immortels s'extasièrent sur la Perle qui diffusait une brillante lumière.

À ce moment même, Phénix remarqua tout à coup le rayonnement de leur Perle et dit aussitôt à Dragon :

- Dragon ! Dragon ! Dépêche-toi, dépêche-toi ! Vois..., ce sont bien les rayons de notre Perle !

Dragon sortit sa tête du Fleuve Céleste, regarda un moment et dit :

- Oui, ! c'est effectivement notre Perle, allons vite la reprendre !

Et Dragon et Phénix de s'élancer aussitôt, guidés par les rayons. Arrivés au Palais Impérial, ils trouvèrent les Immortels tendant le cou vers la Perle, en train de clamer leur enthousiasme.

Dragon s'écria en approchant :

- Cette Perle nous appartient !

Phénix, à son tour, affirma :

- Oui, elle est à nous, cette Perle !

La Reine fut très fâchée de leur intervention ; elle s'approcha d'eux en vociférant :

- Qu'osez-vous dire ? Moi, je suis la Reine du Royaume Céleste, tous les trésors du Ciel m'appartiennent !

En entendant ces paroles, Dragon et Phénix, très fâchés eux aussi, dirent d'une même voix :

- Cette Perle n'est née ni du Ciel ni de la Terre, mais c'est bien de nous qui l'avons taillée et polie jour après jour, d'année en année, au prix d'un dur travail.

A ces paroles, la Reine se sentit envahie à la fois par la haine et la honte ; elle prit l'assiette d'or et ordonna à ses soldats et généraux célestes de chasser tout de suite les intrus. Phénix, voyant que la Reine n'entendait pas raison, s'élança pour se saisir de la Perle. Dragon en fit autant. Trois paires de mains s'agrippaient à l'assiette, personne ne voulant lâcher. Secouée par ces trois forces, l'assiette oscilla et la Perle roula en bas des marches, vers la terre...

Dragon et Phénix, voyant que la Perle risquait de s'écraser sur le sol, la suivaient en descendant, se précipitant d'avant en arrière, de gauche à droite, pour la protéger alors qu'elle tombait lentement...

Quand elle toucha le sol, la Perle éblouissante se métamorphosa soudain en lac, le lac de l'Ouest...

Comme Dragon ne voulait pas la quitter, il devint la magnifique colline du Dragon de Jade de Terre qui monte la garde sur l'une de ses rives.

Phénix ne voulant pas quitter non plus sa Perle, devint alors la Colline du Phénix d'Or qui monte la garde, lui aussi.

Dorénavant, la Colline du Phénix d'Or et celle du Dragon de Jade de Terre continuent à protéger éternellement le Lac de l'Ouest.,. appelé aujourd'hui le lac Xihu, à l'Ouest de la ville de Hangzhou.