Le Chemin des Oiseaux

18/02/2022

Il était une fois dans la vallée de Bama, tout là-bas dans la région du Yao en Chine, l'histoire du jeune Sancheng, l'histoire du sage qui avait retrouvé le nid.


Tout jeune homme qu'il était, Sancheng était déjà prédestiné à devenir moine voyez-vous....


C'est ainsi que dans sa douzième année, ordonné moine par son Maître Li, il décida de partir par monts et par vaux, pour rejoindre la mystérieuse source de jouvence des vallées de la rivière Panyang.

En fait vous voyez, le jeune moine Sancheng cherchait quelque chose en particulier. Enfin, quand je vous dis quelque chose, je devrais plutôt dire quelqu'un. Car vous savez, son rêve le plus avoué, était de rencontrer le sage des montagnes, le grand Xiaozhai, afin de suivre ses enseignements.

Néanmoins, ne suivait pas ses enseignements qui le souhaitait, car il fallait tout d'abord le trouver. Ainsi, Sancheng commença à le chercher !

Mais voila chères toutes et chers tous, cela lui prit bien des années. Quand enfin, après avoir tant et tant cherché, il finit par le rencontrer.

Et voila comment il suivit ses enseignements et qu'il comprit enfin tout le sens du pourquoi il l'avait tant et tant cherché avant de le trouver.

Durant ce temps là dans la vallée de Bama, maître Li avait bien vieillit, mais chaque jour qui passait il pensait à son disciple Sancheng bien loin de lui. Quand enfin après bien des années et des années, retrouvant son nid de la vallée de Bama et son vieux maître, Sancheng arriva au bout du chemin.

Tout joyeux de le retrouver enfin, maître li laissa éclater sa joie ! Alors, le disciple et le vieux maître se prirent mutuellement dans leurs bras. Toutefois vous savez, les lèvres du vieux maître Li justement, brûlaient de questions et d'interrogations.

Ainsi, après avoir partagé le moment des retrouvailles, n'y tenant plus de curiosité, Maître Li demanda à son disciple retrouvé :

  • Mon disciple, enfant tu es parti et homme tu es revenu. As tu rencontré le grand Xiaozhai, le sage des montagnes, as tu suivi ses enseignements ?

Dans un large sourire, Sancheng lui fit comprendre que oui. Les larmes aux yeux, le vieil homme lui demanda :

  • As-tu trouvé la voix de l'éveil, passé la porte sans porte, es-tu libéré des formes ?

Sancheng le regard brillant ne lui répondit pas. Impatient, le maître réclama :

  • Sais-tu, ne sachant rien, toutes les réponses à toutes les questions ?

Sancheng le regard brillant ne lui répondit pas. Irrité de son silence, le maître s'énerva :

  • Mais pourquoi tu ne me réponds pas ?

Sancheng le regard brillant ne lui répondait toujours pas. Alors dépité, le vieux maître s'étonna :

  • Tu reviens ici après des années et tu ne parles pas, tu ne réponds pas ! Mais alors pourquoi es-tu là devant moi ?

Avec un sourire, Sancheng lui répondit enfin :

  • Je viens pour te saluer et te présenter mes respects, Maître Li !

Sur cela, Maître Li lui demanda :

  • Me vois tu devant toi ?

Tout en riant, son disciple répliqua :

  • Mais oui Maître, je vous vois ! Ce n'est pas parce que j'ai pris quelques années que mes yeux sont déjà fatigués.

Le regard espiègle, le vieux maître riposta :

  • Dis moi mon disciple revenu, me prendrais tu donc maintenant pour un âne ?

Le disciple Sancheng s'étonna :

  • Et vous mon maître, après toutes ces années, je trouve que vous ne ressemblez pas au Bouddha !

Leur regards se croisèrent et Maître Li s'enquérit :

  • Et pourquoi je ne ressemblerais pas au Bouddha ?

Pour aussitôt recevoir en réponse de la part du disciple Sancheng :

  • Parce que Maître, si vous ressembliez au Bouddha, quelle différence y aurait il avec un âne ?

En entendant cette réponse, le vieux maître Li ouvrit les bras à son disciple. Sancheng avait accédé à la Réalité profonde, où toutes les formes sont unes. Il était passé au-delà des apparences et vivait désormais dans la paix que rien ne trouble.

Il avait connu l'Éveil, le vieux maître en était maintenant certain. Car après avoir tant et tant cherché le sage des montagnes, le grand Xiaozhai, afin de suivre ses enseignements, il avait en fait suivi le chemin des oiseaux, vous voyez !


Et c'est ainsi que se termine ce conte.

Alors ?




Alors chères toutes et chers tous, la longue route qui mène à l'illumination, la voie vers l'Éveil, est appelée dans les textes anciens le chemin des oiseaux.

L'image est belle et porteuse de sens vous savez. Et oui, car connaître l'Éveil, c'est toujours passer par des chemins inhabituels, qui ne laissent pas plus de traces dans le ciel qu'un vol d'hirondelles ! En fin de compte, c'est accéder à notre nature originelle, retrouver le nid.

Cela est le chemin des oiseaux.

Et c'est à toi, à moi, à nous maintenant qu'il incombe, comme Sancheng, de le trouver.


Enseignement de sa Sainteté Tenzin Gyatso - XIV Dalaï-Lama

"Qu'est ce qui me surprend le plus dans l'humanité ? 

Ce sont les hommes qui me surprennent le plus dans cette humanité ! Simplement parce qu'ils perdent la santé pour accumuler de l'argent et ensuite ils perdent de l'argent pour retrouver la santé. Et alors à penser anxieusement au futur, ils oublient le présent de telle sorte qu'ils finissent par ne vivre ni le présent ni le futur. Et en fait, ils vivent comme s'ils n'allaient jamais mourir et meurent comme s'ils n'avaient jamais vécu..."