Dame Wouivre, un Symbole Universel

29/12/2020

Dame Wouivre, cercle de MERLIN  Février 2021

Dans Le Pape des Escargots d'Henri Vincenot, le héros La Gazette se déplace en suivant les chemins de la vouivre, les chemins qui serpentent dans les campagnes. Ce que font traditionnellement tous les pèlerins. Les cannes des paysans de nos campagnes, souvent décorées d'une Wouivre, témoignent d'une ancienne connaissance qui a traversé les siècles : le serpent est symbole de sagesse et de guérison.

Ce n'est pas seulement dans le roman Le Pape des escargots d'Henri Vincenot qu'on trouve l'évocation de la Wouivre (Vouivre).

Dans toutes les provinces françaises, les légendes, les contes, les récits que les mythologues ont rassemblés sont énumérés de façon impressionnante. Dracs, dragons, vouivres, guivres, vuipres, wivres, graouly, tarasques, coquadrilles, coulobres, mâles bêtes, dards, gargelle ... domptés par des héros, des chevaliers, des saints et des saintes, voire de simples paysans, sont partout, dans tout le terroir, à la racine des anciens lieux de cultes, comme des nouveaux qui les relaient, le plus souvent sur les mêmes lieu d'ailleurs, lorsque se fait la christianisation. 

La Wouivre/Serpent est d'abord montré comme étant à l'origine des temps dans presque toutes les civilisations sous les noms d'Atoum (en Egypte), de Shesha (ou Ananta dans l'hindouisme) , Makha (en Inde ancienne), Namuci (en Inde), d'Ungud, de Yurlungur, d'Angamundi (chez les Aborigènes australiens), de Mbumba (chez les Bantous, Afrique sud), du Serpent-d'Arc-en-Ciel (au Bénin), de Kan (chez les Quichés du Guatemala), etc. ... Il est souvent bisexué, toujours à l'origine de la création, symbole de la Nature, androgyne ou bien attribut de la divinité représentant la Mère Universelle.

La Wouivre/Dragon personnifie aussi les forces naturelles du chaos à maîtriser. Représentant le temps, il devient l'Ouroboros qui, dévorant sa queue, nous invite à pénétrer dans les entrailles de notre chaos intérieur, ce qui explique pourquoi les traités d'alchimie lui font une si grande place. Objet de culte dans toute l'Afrique comme en Asie (où le culte du serpent-dieu a encore cours dans la jungle birmane), mais aussi dans les Abruzzes italiennes de nos jours, la Wouivre/Serpent est souvent associé au combat entre la lumière et les ténèbres : Apollon tue le python de Delphes, Neith vomit le serpent Apophis, Quetzalcoatl est le Seigneur de l'aube... Son culte a presque disparu en Europe occidentale du fait du christianisme qui a muré les anciennes cryptes, comblé les puits sacrés. Sur toute la Terre et en tout temps, les dieux et les déesses, voire les Héros divinisés, prennent forme de serpent ou, à tout le moins, queue de serpent : en Egypte, Ua Zit sous la forme du cobra, Renenoutet, déesse des moissons, Isis Thermoutis ou encore Isis et Sarapis identifiés au serpent Agathodémon ; chez les Sumériens : Nuilil "la Grand Mère Serpent des Cieux" et Nidaba, "la Dame-Serpent divine" ; Echidna, moitié femme,(moitié serpent dans la mythologie grecque) ; Cécrops à queue de serpent fondateur d'Athènes ou encore Érichthonios (fils d'Héphaïstos et de Gaïa la Terre) ; Nommo, génie des eaux des Dogons (au Mali) ; les Nâginis (déesse serpent du Népal et de tout l'Orient), etc....

Partout, la queue de serpent est la racine chthonienne (liée au monde souterrain) de la divinité. La Wouivre/Dragon a également comme fonction d'être Gardien du Seuil, le seuil du passage de l'humain au divin. Il est, dans de nombreuses légendes de nos provinces, le gardien d'un trésor caché. Mais derrière l'or matériel se cache en vérité le Corps de Gloire comme le montrent tous les Alchimistes. Cette Wouivre/Dragon est aussi Gardienne de la Fontaine de Jouvence. Elle possède l'Escarboucle, symbole du Troisième Œil, du don de Voyance. D'où les images données du Dragon à tête de Licorne et de la Licorne à queue de serpent. A cette Wouivre/Dragon étaient offerts des sacrifices, les prémices des récoltes d'abord lorsque l'homme s'est sédentarisé, les plus beaux animaux, puis des vierges. 

Toutes les légendes où les Héros, les Chevaliers, les Saints maîtrisent le Dragon pour délivrer la Femme sont vues comme montrant l'Unité humaine éclatée. Triompher de l'épreuve permet le retour à l'unité de soi, le retour au Principe, par l'acquisition de la Noblesse véritable, celle du corps, du cœur et de l'esprit. Voilà pourquoi, nous dit-on, le Héros épouse la fille du Roi ! La Wouivre/Dragon est dévorante. L'homme est l'initié qui, dans la caverne, la grotte, l'antre de la Wouivre, est mort à lui-même.

Un véritable ésotérisme chrétien est exposé à la vue de tous dans certaines sculptures, figurant sur les chapiteaux, les porches et les façades de nos églises romanes. Ils nous exposent tout d'abord celles qui représentent l'homme dévoré par la Tarasque, par la Wouivre/Dragon, c'est-à-dire par l'Energie, puis celles qui le montrent chevauchant la Bête.

Cependant, une discrimination est faite entre le dragon à tuer, l'Hydre représentant l'ego inférieur, et le Dragon représentant l'Energie vitale qui, lui, est à maîtriser, à l'exemple de Saint Michel qui le maintient de sa lance à sa juste place. Autres perspectives... Mélusine (personnage légendaire) personnification de la Mère Universelle qui épouse les hommes qui deviennent Héros ou Rois, le hissant au rang divin, et toutes les dynasties revendiquent justement une origine non humaine. La toponymie montre l'abondance des lieux de Gargantua, d'Isoré, de Mélusine, de Morgane, partout omniprésents sur le territoire français. Tout cela met en évidence pourquoi, dans de nombreuses traditions (Indiens Navajo, Africains de Casamance, pèlerins d'Epidaure dans la Grèce antique etc. ...), le Serpent est guérisseur. L'image du Caducée, dont on nous montre la plus ancienne représentation connue, est bien évidemment évoquée. . En Orient, le Bouddha est assis sur le serpent Mucilaci. Mais est évoquée aussi l'insurrection de la Kundalini lovée au bas de la colonne vertébrale, les nâdis Shushumâ, Idâ et Pingâla de la tradition indienne étant à l'image du caducée. Le lieu où est lovée la Kundalini endormie est appelé "Luz" dans la tradition hébraïque. La guérison véritable, c'est alors l'ouverture des chakras par l'insurrection du serpent qui s'élève jusqu'aux fontanelles.

La Terre-Mère y est considérée comme un être vivant qui ne peut être séparé du Cosmos sous peine de mort, ensemble de champs morphogénétiques pour rendre compte du tissage des formes manifestées comme l'enseigne Don Juan dans la tradition toltèque rapportée par Carlos Castaneda.

Peuvent être évoqués ensuite les courants telluriques étudiés en géobiologie et qui sillonnent la Terre. La Wouivre dynamise la terre, et cette « anima mundi », l'Âme du monde dont parlait les alchimistes, est considérée comme féminine. En parcourant l'échine de la Terre, elle aspire à rejoindre son complémentaire, c'est-à-dire l'Energie Cosmique. La vie est vibration et le champ magnétique terrestre, fonctionnant en harmonie avec les énergies cosmiques, qui induit les migrations de toutes les espèces vivantes. L'état naturel de l'homme, l'Homme Parfait de la Tradition, est celui du Primitif en harmonie avec les forces de la Nature, de l'Homme Sauvage, pont entre Terre et Ciel, auquel s'oppose l'homme occidental chez qui le mental prédominant provoque une sorte de court-circuit dans la circulation normale de l'Energie et induit l'inextricable labyrinthe actuel du monde moderne. Concrètement, les anciens ont laissé des mégalithes répandus sur toute la terre. Comme les Hauts Lieux qui leur ont succédé, ils ne se trouvent pas au hasard mais aux points d'acupuncture de la Terre, là où les courants telluriques et cosmiques se rejoignent avec le plus d'intensité, et que les anciens (Celtes, Pascuans, Indiens, Grecs...) connaissaient parfaitement. Comme la Wouivre représente les courants d'énergie tellurique qui innervent la Terre (considérée comme vivante), son énergie rejoint l'énergie cosmique sur les hauts lieux sacrés. C'est pourquoi à ces endroits se succèdent depuis des millénaires les cultes, celtes, gaulois, romains et chrétiens.

Partout, les lieux souterrains d'initiation ont existé. Les pèlerinages se font sur les chemins du Paradis vers le Mont-Saint-Michel comme sur les chemins de Saint-Jacques en suivant la Wouivre. Les sources guérisseuses, autrefois si fréquentées, ont la coloration de la Wouivre du lieu. Ses émanations, avec ses minéraux, ces végétaux et ses animaux créent alors les patois, les langues, les artisanats, les coutumes qui en font le caractère spécifique d'un terroir.

Les labyrinthes les plus anciens, par leur tracé sinueux, évoquent encore le serpent, comme le tracé complexe du labyrinthes de Chartres.

le Taiji Quan est né de la rencontre des sages taoïstes, fins connaisseurs du Qi Gong, et des spécialistes des arts martiaux. La légende raconte qu'un sage taoïste, un immortel ayant pratiqué des arts martiaux externes de Shaolin, Zhang Sanfeng, vivait dans le célèbre mont Wudang entre le XII et le XIIIème siècle (selon la légende, il vécut 200 ans). Un jour, il assista à un combat entre un serpent et un oiseau. L'oiseau fonce sur le serpent, l'attaque en piqué, lui donne des coups de becs, cherche à le blesser avec ses griffes acérées, s'envole et replonge frénétiquement. Le serpent, quant à lui, est alerte, observateur, il ondule pour éviter les attaques, réalise des mouvements en spirale. Selon la version, combat dura très longtemps sans qu'aucun des deux animaux ne prenne l'avantage. Ainsi tous ces mouvements spiralés et ondulants sont la base du Taiji Quan, et notamment du Qi Gong des huit Dragons de pierre.


Tout symbole est la réalité et ses différents niveaux de lecture sont en nombre indéfini.
la Wouivre peut donc être vue comme l'Energie du Serpent Premier à l'Origine de la création, comme la Vie des courants telluriques qui innervent la Terre, tout comme la Kundalini qui se dresse du sacrum aux fontanelles dans l'être enfin réalisé.

C'est sur les chemins de la Wouivre que se font les rencontres de ce magnifique symbole aux multiples colorations qui traduit les structures universelles de la manifestation et nous montre l'importance de la Wouivre dans notre patrimoine.